Show Me a Hero – Partie 3/6 : Tenir

Cette troisième partie montre que David Simon, comme Nick Wasicsko, tient. Tient le rythme de l’excellence scénaristique. Son personnage principal, lui, doit tout faire pour résister face à la pression populaire.

smah1

Tenir le rythme, le challenge de Show Me a Hero. En se révélant à travers six épisodes (3 épisodes divisés en 2 parties), la série de David Simon doit faire vite, sans se précipiter. Aller droit au but tout en ne laissant pas de côté l’histoire humaine qui fait la spécificité de SMAH. Et tenir le rythme après deux premières parties d’une justesse scénaristique rare, livrant notamment un 1.02 qui fait figure de meilleur épisode de série politique de l’année, c’est un défi.

smah2

Là où Show Me a Hero marque des points, c’est dans sa capacité à tenir, donc. La tension entre la municipalité et les citoyens de Yonkers, qui semblait avoir atteint un sommet dans la deuxième partie, ne stagne pas. Elle reste omniprésente, augmente, évolue. David Simon ne se répète pas, ce qui était une crainte quand le 1.02 paraissait avoir déjà tout montré de la violence naissante entre Nick Wasicsko et ses administrés. Tenir le rythme, sans se répéter, un exploit que réalise SMAH, et que bien des dramas devraient prendre en exemple.

smah4

Tenir le rythme, c’est aussi l’obligation de Nick. Rien ne s’arrange et, tel un parallèle ironique, sa vie personnelle évolue dans le bon sens pendant que celle, professionnelle, politique, s’affaisse de jour en jour. Mais Nick veut tenir, il veut respecter la loi. Qu’importe l’ambiance de guerre civile qui se fait lentement jour. Nick ira jusqu’au bout, car sa carrière politique, qui débute à peine, dépend de ce conflit d’une rare violence qu’il doit gérer. À peine est-il élu maire qu’il est confronté au cauchemar de tout premier magistrat. Soit il fait passer la loi avant ses administrés et s’impose comme un maire responsable, soit il laisse mourir financièrement sa propre ville sur l’autel de la popularité. Un dilemme impossible, sans réelle issue. Alors il faut tenir, encore et toujours, jusqu’à ce que la lumière apparaisse au bout du tunnel.

smah3

Show Me a Hero termine déjà sa première moitié de vie, avec un ton et un souffle qui ne peinent jamais. L’on attendait beaucoup de la nouvelle série de David Simon. Une fois de plus, à mi-chemin, le génie est sur le point de réussir son coup. Est-ce étonnant ? Non, car tenir le rythme est une question de maîtrise. Et David Simon maîtrise ses sujets comme personne d’autre.

BaroKilleR : 9/10

Publicités