House of Cards – S03E10 : Au révélateur

Passer au révélateur, c’est passer un test. Un test qui dévoile nos forces et nos faiblesses. Dans cet épisode de House of Cards, les protagonistes sont confrontés à des situations révélatrices de leur véritable personnalité.

hoc1

Frank passe ainsi au révélateur russe, c’est-à-dire la demande sans scrupule de Petrov : la démission de Claire de son poste d’ambassadrice à l’ONU. Une requête calculée par l’ennemi international d’Underwood : Claire est l’être le plus important au monde, pour Frank. Jusqu’à « l’aveugler », le président américain lui accordant sans doute une importance trop grande, qui a précipité les tensions américano-russes dans les précédents épisodes. La toucher, c’est toucher Frank. Ce que recherche Petrov, par tous les moyens, cette saison, après les humiliations subies à Washington et à Moscou. C’est un coup rude qui est porté au président américain, qui en vient à se confier à Yates. Allant jusqu’à éviter, de très peu, de faire ressurgir ses envies homosexuelles. Des envies que Frank veut pourtant refouler au plus haut point. Un exemple de la force de l’atteinte portée à Frank par un Petrov sans pitié, mais fin calculateur.

hoc2

Doug, lui, passe au révélateur familial. Après bien des épreuves, physiques et psychologiques, il se tourne vers le cocon qui aurait pu le protéger depuis longtemps déjà. Doug est un homme comme les autres, qui s’obstine à penser le contraire. Sa « liberté », très relative aux yeux de son frère, Gary, son souhait d’indépendance qui cache maladroitement un manque de socialisation criant, une fois sorti de l’arène politique.  « Ce n’est pas pour moi, une vie comme ça », lâche-t-il en contemplant ses deux neveux. La différence entre Doug, homme qui ne veut pas être normal, et Gary, réside dans le fait que le premier fera toujours passer le travail avant la famille, tandis le second va jusqu’à utiliser tous ses jours de congés pour rester auprès de son frère souffrant. En fait, Doug se réfugie dans le travail, pour se voiler la face sur ses propres désirs.

hoc4

Jackie elle aussi passe au révélateur, celui de la vraie politique. Celle de la trahison envers son propre camp, pour se placer sous les feux des projecteurs, lorsqu’elle voit Frank au plus mal face au regain de tension autour de la vallée du Jourdain. Mordre la main qui vous nourrit pour la remplacer, tuer le père, un grand classique dans le monde politique. Au tour de Jackie d’être confrontée à ce choix. Celui de « tuer » Frank et de lancer sa propre carrière au congrès, ou de rester loyale en se contentant d’une place dans l’ombre. Une question de vie ou de mort.

hoc3

Remy, lui, passe au révélateur de l’amour. Revenant sur son baiser volé à Jackie, il lui fait part de la présence toujours réelle de ses sentiments pour elle. Il promet de faire la part des choses, mais il souffre, en silence. Un révélateur qui pourrait être lourd de conséquence au vu des intentions de trahison naissantes chez Jackie. N’oublions pas la dispute entre Remy et Frank, il y a peu. Remy va-t-il lui aussi trahir le président, d’ici la fin de la saison ?

hoc5

De son côté, Gavin Orsay passe au révélateur de la vérité. Son identité, son faux prénom « Max », son histoire, son Sida, ses intentions… tout cela est faux. Des mensonges en cascade jetés au visage de Lisa afin d’aider Doug dans sa recherche de Rachel. Il sort de son rôle, joué depuis le début de la saison, et tente de se racheter. La vérité ne rachète rien si elle ne guéri pas. Lisa ne peut pas guérir d’une telle trahison, d’un tel mensonge. C’était perdu d’avance. Cruelle, cette scène sous-entend même que Gavin passe au révélateur pour lui-même, pour sa propre conscience, plus que pour Lisa. Car, finalement, il s’attendait à être rejeté, malgré sa confession.

BaroKilleR : 8,5/10

Publicités